Archives par mot-clé : Laos

LAOS partie 2 : sous le soleil

Le sud du Laos

La seule bonne nouvelle que nous avons sur le chemin vers le sud du Laos, mais qui n'est pas des moindres… le retour du soleil !
La pluie n'est définitivement pas l'amie du voyageur en sac à dos !

IMG_4995

Vientiane

L'objectif du séjour à Vientiane est simple, nous souhaitons commander nos visas pour le Cambodge, le passage par la frontière terrestre ayant mauvaise réputation.
Sauf qu'en voyage, nous perdons parfois la notion du temps et nous arrivons à Vientiane un… vendredi en fin de journée.
Nous occupons donc la fin de semaine à visiter la capitale qui est très tranquille, à taille humaine… sous une chaleur écrasante.
Entre vieux bâtiments coloniaux et arc de triomphe à la mode asiatique, nous déambulons sans autre but que de faire passer le temps jusqu'au lundi matin pour nous rendre à l'ambassade du Cambodge.

Le lundi suivant…

Nous avons vainement essayé de louer un scooter. Le loueur ne démordra pas de sa logique : "Pour louer un scooter, il faut un passeport en dépôt de garantie".
Après deux tentatives infructueuses de lui faire comprendre que nous ne POUVIONS PAS lui laisser nos passeports, puisque nous en avions BESOIN pour faire nos VISAS
… nous finissons par louer des vélos afin de nous rendre à l'ambassade du Cambodge.

IMG_20170203_101748Trouver des solutions plutôt que de discuter, ne pas chercher à modifier des fonctionnements bien ancrés, cela doit être cela aussi le fameux lâcher prise dont tout le monde parle !
Au final, nous arriverons peu après l'ouverture de l'ambassade… qui nous signifiera que les visas sont désormais réalisés en 72 heures…
3 jours de plus à Vientiane? Merci, mais non merci… Nous passons notre chemin, décidons de reprendre aussitôt la route vers le Sud quitte à faire le visa cambodgien en arrivant sur le territoire… et tant pis si c'est compliqué, nous ne sommes pas pressés!

Thakek, la boucle des karsts de Khammouane

IMG_5105Au fil du temps, les routards, les agences et services touristiques de la région de Khammouane ont imaginé un itinéraire en boucle d'environ 400 kilomètres. Le concept est très simple: louer une petite moto, laisser son gros sac à dos, prendre le strict minimum et partir à l'aventure!
La veille de partir sur la boucle, nous n'étions pas d'accord sur l'itinéraire à suivre. Nous nous interrogions beaucoup. Il n'est pas évident de faire des choix lorsque l'on ne connait pas les lieux que l'on va croiser…
Comme la vie est bien faite et qu'il n'y a jamais de hasard, c'est ce moment qu'ont choisi Victor et Zoé (rencontrés du côté de Luang Prabang) pour littéralement réapparaître sur notre route !
Chance, ils viennent tout juste de terminer la boucle, nous confient leurs ressentis et nous indiquent leurs bons plans.
Nous nous quittons ravis de s'être retrouvés et en étant à peu près sûrs de se recroiser. Grâce à eux, nous prenons la route le lendemain en pleine confiance.

La richesse de cette boucle est la diversité des paysages : le Mékong, les forêts tropicales, les villages, les plantations, une forêt inondée, les pics karstiques, les grottes, les cascades.
Nous sommes ravis de ces quelques, c'est dans ces moments d'évasion à notre rythme que nous sommes les plus heureux.

La grotte de Konglor.

Au cours de cette expédition, nous faisons une des visites les plus étranges et inédites de notre voyage… La grotte de Konglor.
Une grotte immense, pouvant atteindre jusqu'à 100 mètres de haut, elle ressemble à un tunnel de 7,5 kilomètres de long pour 30 de large en moyenne.
A l'intérieur de celle-ci coule une rivière, nous la traversons donc en pirogue.
Elle eut son utilité pendant la deuxième guerre d'Indochine, en servant de planque.
Un jour – grâce à un canard qui voguait en sens inverse – l'on découvrit que la grotte avait une sortie et sa fonction changea : elle servit à l'acheminement des armes et des munitions.
La visite en elle-même ne permet pas de voir grand-chose finalement, seuls 150 mètres sont mis en lumière et en valeur, l'occasion de refaire le point sur la différence entre stalagmites et stalactites.

Tout se joue finalement dans l'imaginaire de chacun… le fait de passer un peu plus de 45 minutes dans un endroit confiné et dans une obscurité quasi complète peut être dérangeant…

Un peu de Normandie au Laos

La deuxième nuit de ce circuit sera mouvementée, car nous avons fait la connaissance de Cyrille et Isis, un couple venu de Normandie.IMG_20170120_024512
Ils sont en vacances, prennent le temps de vivre et jouent à la pétanque à l'hôtel où nous nous arrêtons.
(Oui, la pétanque est très présente au Laos, héritage de la colonisation française, au même titre que la baguette de pain)
Nous passons une fin de journée et une soirée mémorable… très arrosée mais riche en échanges sur la permaculture, l'autonomie énergétique, la construction de maisons, les rapports humains…
Même si cette rencontre nous a valu une bonne migraine le lendemain, c'était chouette de partager ce temps, de se détendre et de passer du bon temps.
L'avenir nous le dira, mais nous sommes pratiquement sûrs de revoir ces copains d'un soir !

Paksé, la boucle du plateau des Bolovens

Comme pour la boucle de Thakek, il s'agit ici d'un itinéraire en boucle d'environ 300 kilomètres.
Le paysage est cette fois plus monotone, ce sont essentiellement des terres agricoles, des plantations de café, longanes, bananes, piments, etc.
Nous irons plus vite, là où certains réalisent cette boucle en 4 ou 5 jours, nous n'y passerons que 2 jours !
Nous passerons la fin de journée puis la nuit à Tad Lo, petit village très agréable au plus proche d'une cascade, cadre reposant dans lequel nous aurions peut-être pu rester plus longtemps…

Mais, nous avons tellement adoré la boucle de Thakek que celle-ci nous paraît plus fade… Il faut dire aussi que ces circuits en scooter sont fatigants… Nous avons vraiment envie de nous reposer, nous approchons des 4000 îles…

Les 4000 îles, Don Det et Don Khône.

Nous quittons la région de Paksé pour rejoindre le district de Siphandone.
Siphandone veut dire 4000 (siphan) îles (don)… Entre nous, nous ne sommes absolument pas certains qu'il y ait réellement 4000 îles sur le site des 4000 îles !
A moins que les laotiens n'aient compté le moindre petit bout de terre au milieu du Mékong?
IMG_5210Car dans cette région du Laos, le Mékong devient paresseux, il tourne et se détourne, se sépare en de multiples bras pour former cet archipel de charmantes petites îles luxuriantes.
Le paysage est évolutif en fonction des saisons et il est facile de se laisser aller à la contemplation, au repos, à la réflexion dans ce cadre.
Seuls, le passage des bateaux à moteur, les cris des enfants qui jouent dans le Mékong et les coqs déréglés nous rappellent que ce paradis est un lieu de vie quotidien pour toute une population.

Nous profitons de notre séjour sur les 4000 îles pour nous accorder une pause détente entrecoupée de belles promenades.
Afin de mieux prendre la mesure des lieux, nous nous offrons une journée d'excursion en kayak biplace à travers les différentes îles et îlots.
Excursion qui nous fournira l'occasion de nous baigner dans le Mékong, d'aller découvrir les cascades, vendues sur le papier commes les chutes du Niagara asiatiques.
Sur ce dernier point, soyons honnêtes, c'est un peu comme le nombre d'îles sur les 4000 îles: légèrement exagéré!

Don Khône

Nous choisissons de nous établir à Don Khône. Parmi les trois îles les plus fréquentées et accessibles c'est celle-ci qui nous paraît le mieux nous correspondre.
L'île est à taille humaine, il est possible d'en faire le tour en moins de 2 heures.
Il y a suffisemment de propositions de commerces pour que cela soit simple pour nous, sans tomber dans les abus des îles surpeuplées de touristes où l'on sert des burgers, des pizzas et des tartines de nutella à tout va.

En quelques jours nous prenons nos habitudes, notre guest house, notre vendeuse de bières, notre restaurant avec Papi qui nous reçoit toujours avec le sourire et un verre de Lao-Lao pour le digestif.
Nous prenons goût au farniente et nous n'avons vraiment plus envie de courir !

Don Det

Reliée à Don Khône par un pont, la petite île de Det est tout aussi sympathique, mais un peu plus touristique.
IMG_5197Ainsi, au beau milieu des restos qui font des hamburgers et des bars qui diffusent Wimbledon et le football anglais trône un hôtel resort avec une belle et grande piscine…
Drôle de sensation lorsque nous voyons que des enfants du coin observent avec envie cette piscine à laquelle ils n'ont évidemment pas le droit !
Finalement, nous les retrouverons plus tard sur le bord du Mékong, en train de s'amuser avec leurs autres copains à bord de leur pirogue ou avec masques et tubas.

Si eux sont passés à autre chose, nous nous sommes questionnés sur ce que les gens attendent de leurs voyages?
Quel est l'intérêt de voyager au Laos jusqu'au bord du Mékong si c'est pour se retrouver toute la journée au bord d'une piscine entre 4 murs sans aucun contact avec les gens, leur vie, leur culture?

Jamais deux sans trois.

IMG_20170129_231330Nous avions à peu de choses près le même itinéraire que Victor et Zoé, il était à peu près certain que l'on se retrouverait qaux 4000 îles. A la date supposée de leur arrivée sur place, nous leur envoyons un message pour leur donner rendez-vous.
C'est donc un soir, au coucher de soleil sur le pont reliant Don Det à Don Khône que nous retrouvons ces copains de voyage intermittents… Sauf que eux étaient bien surpris de nous retrouver, puisqu'ils n'avaient pas pris connaissance de notre message!

Encore un petit clin d'oeil de la vie, que résume bien cette phrase de Paulo Coelho et que nous avons souvent eu l'occasion de vérifier au cours de notre voyage…

«Quand tu veux quelque chose, tout l'Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir.»

Le lendemain, nous fêtons chez Papi ces retrouvailles mais également notre dernière soirée au Laos, notre visa expirant le lendemain. Victor et Zoé ont encore quelques jours à profiter de la douceur des 4000 îles…

Rendez-vous pris, pour de bon cette fois-ci avec eux, au Cambodge, notre prochaine destination et donc… prochain article !IMG_20170130_165552

 

LAOS partie 1 : sous la pluie

C'est au Laos que nous entamons l'année 2017 et donc une des dernières étapes de notre voyage.
Nous avons hâte de découvrir ce pays de contrastes, Le Nord et ses montagnes, le Centre avec son pesant d'histoire et le Sud pour la plaine du Mékong

Le nord du Laos

IMG_4725Dès les premiers jours du séjour, nous comprenons assez rapidement qu'au Laos, tout ne va pas se passer comme nous l'imaginions et que comme souvent, il va falloir s'adapter.
Cela tombe bien, l'adaptation aux situations nouvelles et la prise de décisions rapides sont deux compétences que nous avons acquises au cours de ce voyage en sac à dos.
Sans elles, il est tout à fait possible de se retrouver dans des situations stressantes, bancales, voire carrément inconfortables et comme bien souvent, en voyage en couple, ces ressentis négatifs peuvent être exponentiels.

Situation sanitaire

Changement de pays, d'alimentation et hop, l'estomac et les intestins protestent IMG_4558!
Cette fois-ci c'est Mika qui paiera cher son entrée dans ce nouveau pays… il restera 3 jours au repos total sans mettre le nez dehors.
Pourtant, le pho, la soupe traditionnelle laotienne à base de nouilles de riz et son petit assortiment de plantes nous paraissait bien inoffensif !
A moins que ce ne soit la nouvelle recette de piment? Ou la bière locale, la BeerLao?
Le mystère reste entier !

Situation climatique

IMG_20170105_132733Passer de la douceur thaïlandaise à la pluie et la fraîcheur du Nord du Laos n'a pas été la meilleure expérience de ce séjour…
Nous avons passé nos 12 premiers jours laotiens sous la pluie, un record pour nous qui n'avons pas vu l'hiver depuis 2015 !
Cependant, 12 jours de pluie sur un visa qui en compte 28… c'est un peu frustrant !
Nous avons donc dit adieu à nos projets de treks, de randonnées, de ballades en vélo ou à bateau et autres activités extérieures dans le Nord du Laos.
Cependant, la région est vraiment réputée pour la beauté de la nature… Et il est vrai qu'entre deux averses, nous en avons saisi un échantillon tout à fait intéressant !

Situation routière

Plusieurs voyageurs nous l'avaient rapporté. Les guides et forums ne le cachent pas. Nous les avons testées pour vous : les routes du Laos ne sont vraiment pas les meilleures du monde !
Au début, nous n'avions pas bien saisi pourquoi les chauffeurs de bus fournissaient à chaque passager une bouteille d'eau ainsi qu'un sac plastique.
Il nous faudra quelques kilomètres à peine pour comprendre… nos premiers trajets au Laos nous auront presque tous rendus malades.
Le cocktail est explosif:

  • une bonne route de montagne (à lacets donc!)
  • un revêtement plus qu'approximatif (quand il y en a!)
  • des chauffeurs chauffards qui (on l'imagine) utilisent leur klaxon comme assurance vie

… vous voila prêts pour découvrir le Nord du Laos !

D'ailleurs, c'est bien simple, au Laos, les trajets s'expriment en TEMPS, plus qu'en DISTANCE.
Ne surtout pas chercher à comprendre pourquoi 400 kilomètres se font en 9 heures. C'est comme cela et puis c'est tout !

Situation émotionnelle

IMG_4874Force est de reconnaître et d'accepter que cet épisode pluvieux nous a mené à repenser nos fonctionnements habituels, notre rythme de voyage.
C'est dans cette fenêtre de réflexion que nous avons pris une des décisions les plus difficiles, mais aussi une des plus sages : faire une impasse sur le Vietnam… quitte à le laisser pour un autre voyage!
Il nous a également conduits à de longues réflexions personnelles, sur nous-mêmes, notre couple.
Et puis, en toile de fond, nous commençons à imaginer la suite, l'après-voyage, le retour en France, la nouvelle vie à dessiner.

Le centre du Laos : "Et au milieu coule une rivière"

Luang Prabang sous la pluie

Nous arrivons à Luang Prabang sous la pluie, décidément celle-ci ne nous lâche plus!
IMG_20170128_175522Durant les quelques heures de trajet entre le Nord et Luang Prabang, nous avons sympathisé avec Victor et Zoé qui zig-zaguent à travers l'Asie du Sud-Est.
Après quelques années vécues sur l'île de la Réunion, ils voyagent au long cours avant de revenir s'installer en métropole.
Ils ont la trentaine tous les deux et une belle énergie: Zoé c'est le soleil, elle rigole, elle parle, elle s'énerve, elle vit tout à fond. Victor c'est le feu sous la glace, il se pose, il analyse, il rêvasse… et soudain un truc l'agace, trop c'est trop, alors il se met à rouspéter.

Comme bien souvent dans les rencontres de voyageurs, nous nous découvrons des centres d'intérêts communs, des modes de fonctionnement similaires et une vision de la vie partagée.
C'est toujours rassurant de se dire qu'après presque deux ans sur les routes, nous ne sommes pas devenus des extra-terrestres.
Notre façon d'envisager la vie n'est pas si différente de celle de ceux qui ne sont pas partis, nous visons peut-être juste une vie plus simple et plus tournée vers l'essentiel…

La rencontre avec Victor et Zoé est la seule chose intéressante que nous retenons de Luang Prabang…
Pourtant Luang Prabang classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco, flirtant avec le Mékong, nous faisait rêver ou pour le moins attirait notre curiosité…
Mais… les villes, sous la pluie… c'est triste ! De fait, nous n'avons pas pu en profiter pleinement (pas du tout?)

Phonsavan – La plaine des jarres

Chaque pays a son lot d'attractions touristiques, historiques, culturelles.
Au Laos, il ne fallait pas, selon les différents sites et forums, rater la plaine de jarres.
La plaine des jarres, comme l'explique très bien son nom, c'est une plaine, dans laquelle se trouvent des jarres
Alors ce sont de très grosses jarres, les plus anciennes datent du 1er siècle avant Jésus-Christ, arrivées sur place on ne sait pas très bien comment et on ne sait pas très bien pourquoi.

Les hypothèses sont diverses. Stockage alimentaire? Stockage de l'eau? Stockage de richesses? Stokage de corps, façon sarcophages?
Cette dernières hypothèse est la plus probable, mais n'est pas confirmée scientifiquement…
Outre leur fonction, ce qui est intriguant, c'est qu'elles ont été taillées sur place, dans du grès. Or du grès, il n'y en a pas sur les sites où elles se trouvent!
Il se dégage de ces sites en hauteur, isolés des villages, une athmosphère particulière, paisible et mystique à la fois.

Les mines anti-personnel

IMG_4834Sur le site de la plaine des jarres, nous avons repéré des balises grises et blanches, éparpillées sur les terres.
Le guide nous explique brièvement qu'il s'agit de balises servant au déminage.
Aussitôt notre attention est captée. C'est de retour à Phonsavan même que nous aurons les réponses.
Nous sommes allés au centre MAG-UXO LAOS, une ONG dont l'objectif principal est de former des locaux à éduquer les populations.
L'objectif que la population puisse détecter, comprendre les engins explosifs et participer au déminage de zones touchées par les mines anti personnel et autres bombes.

– Du déminage mais de quoi? Pourquoi?
Dans les années 60-70, le Laos est une victime colatérale du conflit entre les Etats-Unis et le Vietnam.
Afin de lutter contre la guérilla et brouiller la piste de Ho-Chi-Minh, les Américains emploient les grands moyens.
Ils "arrosent" le Nord et l'Est du Laos de plus de 3 millions de tonnes de bombes et mines anti-personnel.

– Les statistiques sont hallucinantes, à la limite de l'entendement…

  • Entre 1964 et 1973 c'est un avion chargé de bombes qui part toutes les 8 minutes, 24 heures par jour pendant 9 ans.
  • Le Laos a "reçu" plus de bombes que le nombre de bombes utilisées durant toute la seconde guerre mondiale.
  • Ramené à la population, cela représente 500 kg d'explosifs en tous genres par PERSONNE.

Ce qu'il faut surtout entendre et comprendre derrière ces chiffres, c'est que la vie des laotiens dans ces régions est directement, durablement impactée.
le traumatisme psychologique, la peur sont le lot quotidien des habitants de ces régions.
Chaque Laotien a une histoire d'un fils, d'un oncle, d'une soeur ou d'une mère… qui a été blessé ou tué par une bombe ou une mine.
C'est une guerre sale car les mines sont conçues non pas pour tuer, mais bien pour amputer, blesser et de fait appauvrir la population civile.
40 ans après la fin du conflit, les accidents sont encore nombreux, lors de constructions, travaux dans les rizières, jeux d'enfants etc.

Nous sommes sortis de là incrédules, écoeurés, révoltés… Le Laos est aujourd'hui un des pays les plus minés au monde.
Et malgré cela, les laotiens sont accueillants, bienveillants, ouverts et fiers de recevoir les touristes dans leur pays.

Une vraie leçon de vie…IMG_4597

La suite de notre récit sur la partie Sud du Laos arrive très prochainement !