Archives par mot-clé : changement

Hare Krischna et puis s’en va

Depuis quelques semaines, nous laissons notre spontanéité nous guider et dessiner notre parcours de voyage.
Nous avons en tête les grandes lignes de ce que nous souhaitons voir et faire comme le Machu Picchu, Ushuaia, Voir des baleines, etc …mais entre les deux, nous nous remettons un peu à l'Univers, aux rencontres que nous faisons et à ce que nous échangeons avec elles.
Nous partons du principe que la vie est bien faite et qu'elle nous apporte ce dont nous pouvons avoir besoin au moment où nous en avons besoin !

En résumé, notre plan, c'est de ne pas (plus?) avoir de plan… 

C'est ainsi que lors de notre promenade à Valparaiso début octobre, nos pas nous ont mené jusqu'à une foire axée autour de l'écologie et des produits naturels.
Nous nous sommes arrêtés à un stand, sur lequel était inscrit qu'il possible de passer du temps à la campagne en tant que volontaires, participer à de l'éco-construction, jardiner, cuisiner, faire du yoga, manger végétarien et bio…
Pour nous qui sommes un peu fatigués, pour ne pas dire carrément stressés, à ce moment-là, cela nous paraît parfait !

Après avoir récupéré l'adresse, nous voici en route vers le village de Catemu, Impasse de Santa Rosa, Parcelle 11…
L'adresse est un peu simpliste pour notre GPS qui ne connait que les grandes lignes d'Amérique du Sud…
Une fois arrivés dans le village, nous nous renseignons auprès d'un vieux monsieur… 
Après avoir fait répéter 3 fois la question et l'adresse, il finit pas nous dire quelque chose dans le genre:
"Aaaah, mais vous cherchez la communauté des Allekichna?!"
Comme les chiliens parlent très vite en avalant des syllabes quand ce ne sont pas des mots entiers, Alline ne relève pas ce dernier mot qu'elle ne comprend pas…

Nous arriverons quelques minutes après à bon port et comprenons bien vite que la vie nous fait un drôle de cadeau!

SAM_0272En fait, nous venons d'arriver au sein de la communauté Hare Krischna de la région.
Le responsable nous accueille à bras ouverts et s'étonne de ne pas avoir reçu de mail de confirmation, car il nous en disait plus… 
Ce dernier mail, nous ne l'avons pas vu, puisque nous n'avons pas internet tous les jours… donc, effectivement, nous ne savons pas trop où nous mettons les pieds !

En résumant de manière très simpliste, la religion la plus proche des Hare Krischna serait le boudhisme.
Sauf que le boudhisme (comme les autres religions) mise beaucoup sur l' "après-vie-terrestre": le paradis. 
Les Hare Krischna prient pour toutes leurs vies: terrestre actuelle, spirituelles, passées, prochaines…
Leurs principes de vie sont assez simples : la bonté, le végétarisme, la bonne santé physique et spirituelle.
Il ne faut pas oublier les notions d'amour et de respect envers leurs envers leurs prochains et leurs divinités qui sont également très importantes.

Ensuite, partant du principe que Krischna (leur divinité) est tout et partout, toute chose et toute personne doit être respectée et aimée.
Nous avons donc fait la connaissance de personnes plutôt souriantes, ouvertes, voire apaisées. 
Pour nous deux qui sommes en plein état de crise à ce moment-là, le contraste est saisissant mais immédiatement bénéfique !

SAM_0345

Nous passerons une semaine au sein de cette communauté, chacun dans son activité pour participer à la vie qotidienne le matin et avec du temps libre l'après-midi.
Nous mettrons ce temps libre à profit pour discuter avec nos proches (merci Skype!), pour remettre le site à jour, faire du Yoga (une révélation pou Mika!) et discuter entre nous, de manière plus apaisée.
Nous prendrons également le temps de nous intéresser à cette religion, aux rites et aux croyances qui l'entourent, nous avons de la chance, car nous arrivons à l'époque de 2 cérémonies très importantes.
La communauté nous permettra d'assister à celles-ci, nous invitant même à participer, en toute simplicité… 
Cependant, malgré toute notre bonne volonté et notre motivation, le résultat ne sera pas très bon!
En effet, chanter n'est pas notre fort à la base, en espagnol encore moins… et pour ce qui est des versets rédigés en sanscrit (dialecte de l'Inde)… nous avons carrément déclaré forfait !!

Nous quittons la communauté avec beaucoup d'émotion, les batteries rechargées, l'esprit un peu plus clair, le coeur rempli des témoigages d'amitié des uns et des autres
… et certainement aussi avec quelques kilos en plus car leur cuisine végétarienne est tout simplement exquise, pour ne pas dire divine !

Sans aucun doute, nous veillerons à appliquer certains de leurs principes et nous gardons avec nous le souvenir de ces belles rencontres que nous ne sommes pas prêts d'oublier!

SAM_0325

La vie quotidienne en voyage

Beaucoup d'entre vous nous disent: "Waouh, c'est trop génial ce que vous faites…"
Oui, nous vivons notre rêve et oui, nous sommes très heureux de cela…
Cependant, pour remettre les choses à leur place, nous vous devions un article vous expliquant la réalité de la vie quotidienne en voyage !

P1090876

– La première chose à savoir, c'est qu'un VOYAGE, ce ne sont pas des VACANCES… Nous sommes dans une certaine réalité du quotidien, nous devons veiller à notre budget, être vigilants sans être paranos car nous ne sommes pas chez nous, trouver en permanence de nouveaux repères, s'adapter à de nouvelles situations, etc.

– Ensuite, ce n'est pas avec de la "CHANCE" que nous sommes partis. Nous sommes partis parce que nous nous en sommes donnés les MOYENS, que nous avons certainement, dans notre cerveau, un grain de folie qui a poussé arrosé par quelques gouttes de courage!

Lors de nos discussions avec les voyageurs – toutes catégories confondues: jeunes, retraités, célibataires, en couple, avec ou sans enfants – que nous avons rencontrés, ces 2 points sont super importants et doivent être soulignés!

Peut-être que le secret, c'est de trouver sa place et de prendre ses marques… Vaste programme !

En ce qui nous concerne, vivP1040942re dans le P'tit Combi, c'est vivre dans 7m², cabine de conduite incluse.
Cela sous-entend donc que nous dormons, cuisinons, lisons, jouons, réfléchissons et nous chamaillons (parfois) dans moins de 5m² !!
Essayez de rester enfermés toute une journée dans votre salle de bain avec votre conjoint ou votre coloc', vous aurez un aperçu de notre réalité!

Le matin:

Réveil entre 6h et 7h, si nous ne nous sommes pas faits réveiller dans la nuit par des chiens / des policiers/ des voitures / des souris…
Se demander qui se lève en premier ce matin, car impossible de se lever tous les deux en même temps, faute de place!
Généralement, c'est Alline qui sort en premier, car… pas de WC dans le combi et pas de prostate pour Alline, CQFD, cf. plus bas pour les détails…

Le petit déjeuner:

Généralement, le plus gros repas de la journée… Nous nous la jouons petit déjeuner continental, avec parfois des oeufs ou de gros sandwichs, du fromage, des céréales, des tapiocas, des fruits etc…
C'est Mika qui s'y colle bien souvent, car c'est, de loin, le plus actif des deux le matin ! 

P1080774La journée démarre ensuite:
Nous vérifions que tout est en état de marche, les niveaux, les pneus et les feux du Combi, les appareils photos, la GOpro, La musique…
Pendant que le moteur chauffe, le GPS est déjà en route, les cartes dépliées afin de visualiser notre objectif du jour.

Les rituels:

Dire bonjour au Combi, nous avons un petit porte-bonheur accroché au rétroviseur du Combi… 
Tous les jours, nous remercions le Combi de nous abriter et de nous aider à vivre cette aventure, pour l'instant ça fonctionne, donc nous continuons!
Mettre de l'encens pour démarrer la journée, histoire de purifier l'athmosphère au sens énergétique et au sens pratique !

P1090432

Répertorier l'endroit d'où nous partons, les kilomètres parcourus la journée précédente, tout cela dans notre cahier de comptes.
Mettre de la musique pour finir de se réveiller en douceur, le temps de se mettre en route!

Le déjeuner, le dîner:

Sans faire de la grande cuisine, nous essayons de varier les plaisirs et de manger équilibré… 
Un p'tit tour au marché du coin et nous récoltons ce dont nous avons besoin au jour le jour… 
Pas de frigo, pas de four dans le combi, mais 2 feux gaz (oui, oui, nous avons le gaz!) pour cuisiner, c'est amplement suffisant
Sachant qu'en plus, vu la consistance du petit déjeuner, le déjeuner devient bien souvent un goûter/dîner…
Donc, pas trop contraignant…

Nous ne nous plaignons pas de notre sort, car avec nos conditions actuelles de vie, nous sommes conscients que nous avons bien souvent plus de confort que certaines familles que nous croisons par ici… 
Ainsi dans le Combi, nous avons:
– l'électricité grâce à un super système de seconde batterie de voiture installé par Mika
– l'eau semi courante, puisque nous filtrons et stockons notre eau, merci Katadyn
– le gaz pour cuisiner de "bons petits plats"
– le couchage confortable, ainsi Mika n'a presque pas les pieds qui dépassent du lit quand nous sommes couchés ! (petite pensée à Ludo et Amélie qui se reconnaîtront!)

Et pour vous, qu'est-ce que le confort? Vous avez 2 heures.

Le ménage:

Comme l'espace est petit, nous sommes devenus des profesionnels du rangement et de l'optimisation. 
L'avantage est que comme la surface est toute petite, le ménage prend 5 minutes.
Récemment, nous avons intégralement vidé le Combi 2 fois en pleine nuit car un couple de souris avait décidé de loger avec nous ce soir-là…
Vider le Combi, ça prend 1/2 heure… Nous n'avons pas beaucoup dormi cette nuit-là, mais nous avons grandement amélioré notre organisation !

La lessive:

Bon, sur ce coup-là, c'est un peu du luxe,  mais dans la plupart des cas, nous sous-traitons cette tâche en passant par les services d'une laverie… 
Cependant lorsque la météo et la durée de notre séjour le permettent, nous faisons un brin de lessive en extérieur comme à Lençois au Brésil, en compagnie des autres mamas du coin ou encore seuls au monde, au bord du Lac Titicaca.P1040916

L'hygiène:

Les toilettes du Combi sont les plus grandes toilettes du monde: Dame Nature !! 
Malgré cela, lors de nos débuts de voyage, la question des "pipipopos" a été source de pas mal de discussions, ben oui, une fille, c'est pas pareil qu'un gars!
Mika a pensé a au moins 3 systèmes plus ou moins ingénieux de faire nos besoins dans le Combi, mais… Dame Nature reste encore et toujours le meilleur endroit!
Nous utilisons également les toilettes des stations services, celles des lieux publics… En notant qu'en Bolivie et au Pérou, il vaut mieux avoir toujours avec soi son rouleau de papier toilettes!
Certaines habitudes alimentaires ont dû être modifiées: ainsi, plus de thés ou de tisanes ne sont bus dans le Combi et nous évitons certains aliments comme les haricots (ou alors avec beaucoup de bicarbonate), car ensuite…
Il faut aussi souligner que nous avons eu de la chance jusqu'à présent: pas de gastro ou de turista à l'horizon…

P1090428Pas de salle de bains non plus dans le Combi… Donc, la douche quotidienne, on oublie !!
Comme dit souvent Mika à Alline pour la rassurer dans ses moments de doute: "On n'est pas sales et on a des solutions!".
La douche est donc remplacée par une toilette avec des lingettes pour bébé. C'est sûr, ce n'est pas génial d'un point de vue écologique, mais c'est quand même super pratique!
Nous avons aussi emmené dans nos bagages une douche solaire, pour le coup, c'est écologiquement le top… mais il faut pouvoir se doucher dehors en toute tranquilité… difficile en pleine Plaza de Armas à Cusco par exemple !
L'idéal, c'est quand nous nous arrêtons à proximité d'un point d'eau douce, comme lorsque nous étions au lac Titicaca dans ce cas, tout est simplifié!
En ultime recours: nous passons une nuit dans un camping ou nous achètons une douche dans un hôtel… car dans ce monde, tout s'achète!!
La petite info en plus qui envoie du rêve: le record du nombre de jours sans prendre une VRAIE douche: 5 jours (!!)…  

Le soir:

Notre vie nocturne est socialement et intellectuellement passionnante: généralement, il n'y a plus personne après 22 heures !
En fait, après des journées qui commencent tôt, qui sont riches en émotions, en paysages, en rencontres, en fatigue ou stress (sur certaines routes)… à la fin de la journée, nous sommes tout simplement crevés.
Nous vivons donc au rythme du soleil, et il n'est pas rare qu'à 20 heures, nous soyons déjà au lit prêts à sombrer dans les bras de Morphée.

P1060742

NB: Si après la lecture de cet article, vous avez des fourmis dans les jambes et des étoiles dans les yeux, ne perdez plus une seconde: arrêtez de rêver et partez pour un voyage au long cours !!

 

Nous P1100029dédions cet article à Cristina et Giogio qui ont dû reprendre le travail depuis quelques jours…
"TRAVAIL" mot français qui vient du latin "TRIPALLIUM" qui était un outil de torture… 

 Dedichiamo questo testo di Cristina e Giorgio che è tornato a lavorare un paio di giorni …
"TRAVAIL" parola francese che deriva da "TRIPALLIUM" latina è stato uno strumento di tortura …
"Piensa Giorgio, Piensa!!"

 

NOZAY

Avant le départ, il y a eu Nozay dans le 44, notre camp de base de départ.

L'endroit choisi en janvier 2013 par Mikaël pour construire "sa" maison, celle qu'il a imaginée de A à Z.

Nozay, c'est aussi le premier sas de décompression pour Alline, qui a quitté Nantes en septembre 2013, sans trop savoir ce qui l'attendait…

Quelques jours après en être partis en mars 2015, il nous semblait important d'en parler un peu ici…
Certains d'entre vous connaissent le lieu, ont vu l'avancement du chantier, y ont particpé parfois.
Pour tous les autres qui en ont simplement entendu parler, voici de quoi il s'agit.

Au départ, il n'y avait rien, une simple carrière, des cailloux, des trous et des arbres…

Nozay châtaignier

Il a fallu se projeter… 

Nozay emplacement maison

Nous avons logé quelques temps dans le garage…

… Pendant que Mikaël travaillait sur le chantier de la maison.

Nous sommes désolés de la qualité des vidéos… Enfin, surtout Alline, Mikaêl lui, vous invite à pencher la tête sur la gauche pour plus de visibilité ! 

Il est encore trop tôt pour dire si nous reviendrons vivre un jour à Nozay…

… mais il est certain que Nozay fait partie du voyage, puisque le voyage commence là où on le rêve!
C'est dans cet environnement que nous avons imaginé ce voyage mais aussi que nous l'avons organisé et pour lequel nous avons également épargné… car oui, étonnament, Nozay offre nettement moins de tentations de consommation que Nantes ou Lyon!

Au revoir !!

 

 

ETAT DES LIEUX

Un rapide état des lieux.

J’adore la vie citadine, les restos, les bistrots, les magazines féminins, les looongues discussions avec mes copines, les expos et… le shopping.
Même si je ne suis pas dépensière, je ramène toujours quelque chose de mes virées en ville!

Ainsi, je suis l'heureuse propriétaire d'une collection de vernis à ongles, de fards à paupières, de chaussures, de sacs à main, de cosmétiques en tout genre.
Ce qui est totalement absurde, parce qu'en gros je porte toujours les mêmes choses et suis très fidèle à mes produits!

shopping-bags-rainbow

 

Depuis un an et demi qu'on se prépare, autant vous dire que Mikaël me fait régulièrement la remarque "tu sais que ça (sac à main, chaussures, vernis, maquillage), en voyage, ça ne va pas être possible?!"
Au début cela me paraissait juste fou de mettre toute sa vie dans un sac à dos de 60 litres (qui parait-il) est déjà trop grand!
… Et pourtant, petit à petit mon cerveau intègre le concept. Voila près d'un an maintenant que je n'ai pas fait de grandes virée shopping.

 

Raisons principales:

  • Il faut que je mette de l'argent de côté donc j'ai réduit mes dépenses.
  • Je pars pour plusieurs mois, quel est l'intérêt de m'acheter des choses qui seront démodées à mon retour?
  • J'ai de moins en moins envie de "posséder" des choses, je me sens à présent vite envahie quand il y a trop d'objets, de volumes ou de gens.
  • Je lis plein de blogs de filles voyageuses, seules ou accompagnées. Pas une seule n'a eu l'air perturbée par tout ça pendant le voyage… Toutes ont en revanche écrit un article similaire avant de partir.J'en deduis que cela fait partie du processus.

Le processus de changement est en cours…

Depuis que nous préparons notre voyage, je me prends bien la tête sur plein de détails.
Psychologiquement, c'est accepter de partir avec le strict minumum, définir ses priorités et même si cela ne fait pas de mal, c'est parfois dur!
Je me rassure en me disant que sur la route, je renouvelerai ma garde-robe en achetant un t-shirt par-ci, une jupe par-là et en abandonnant ce que je ne supporte plus ou qui sera trop abîmé!
Et puis aussi, je fais du sport, pour muscler mon dos, pour supporter la charge que j'aurai sur le dos et ne pas subir les rigolades de Mikaël!

A l'heure où j'écris cet article, j'ai dans un sac tout ce que je prévois d'emmener et dans un autre mon sac à dos, acheté symboliquement avec ma meilleure amie.
Je n'ai pas encore fait le test du remplissage, de peur que tout ne rentre pas.
Vous savez ce que me dit déjà Mikaël?

"ça ne rentrera pas!"

A suivre !