Deuxième traversée du Brésil

Depuis Iguazu en Argentine, nous franchissons la frontière brésilienne en étant à la fois heureux mais aussi nostalgiques… nous sentons bien que c'est le début de la fin de ce voyage… Sitôt le passeport de Mika visé, le décompte commence: nous disposons d'exactement 90 jours sur le territoire brésilien.

90 jours durant lesquels nous devrons réaliser un itinéraire de plus de 4000 kms, à une vitesse moyenne de 40km/h, de Foz d'Iguaçu, en passant près de São Paulo, puis Rio de Janeiro pour terminer notre périple à João Pessoa.

Trajet Brésil
Une fois à João Pessoa, pas de temps à perdre, il nous faudra vendre Combito et pour cela, nous décidons de jouer la sécurité en arrivant début avril pour un retour en France le 1er juin 2016. Voici le récit de de notre deuxième traversée du Brésil…

Porangaba / Anhembi, 3 jours d'arrêt !

Notre première étape nous conduit très rapidement chez Thiago notre compère de Potosi.
Thiago, brésilien de la région de São Paulo était parti en voyage en sac à dos avec un groupe. Voyage qui devait l'emmener en Bolivie puis au Pérou. 
Malheureusement, son aventure a mal commencé, puisque dès le départ, il avait raté le rendez-vous et donc le vol qui devait l'emmener avec son groupe. Il se retrouvait donc seul à essayer par tous les moyens de rattraper son groupe.
Pas de chance pour lui, il s'est retrouvé dans la même embuscade que nous à Potosi, fermée pour cause de manifestations sociales.
P1060319-1Il est arrivé dans notre hôtel, épuisé, frigorifié et le moral bien attaqué après avoir marché plus de 30 kilomètres avec son sac à dos.
Le bus l'avait laissé sur le bas-côté, ne voulant pas prendre le rique d'entrer à Potosi… car tout véhicule qui y rentrait n'était pas sûr d'en sortir… c'est ce qui nous est arrivé… 
Lorsque le personnel de l'hôtel lui a indiqué qu'il y avait une brésilienne dans l'hôtel, il s'est empressé de venir à notre rencontre.
Pour lui remonter le moral nous avons improvisé une soirée caïpirinha et feijoada, car comme il n'y avait plus rien à manger dans l'hôtel, nous en étions à partager nos vivres…

Quelques jours plus tard, nous l'avons aidé à rejoindre la sortie de la ville, avec Combito, en pleine nuit, tous phares éteints, en totale illégalité, puisque la ville était purement et simplement en état de siège… Ce sont sur des enchaînements de circonstances comme celles-ci que se tissent de grandes amitiés.

Nous avons gardé le contact pendant le voyage et il nous renouvelait régulièrement sa volonté de nous revoir lorsque nous repasserions au Brésil.
C'est donc sans trop se poser de questions que nous avons décidé de le revoir en arrivant au Brésil.
Thiago nous a ouvert les portes de son foyer, de sa vie et nous a présenté sa fiancée, la douce Marilia.
Aussitôt et très simplement Marilia nous a invité à passer le week-end dans sa famille.

Alors, voila, le meilleur souvenir culinaire de ce séjour, c'est la famille de Marilia qui nous l'a offert.
Un vrai churrasco gaucho (prononcer "ga-ou-che", les fermiers du sud du Brésil… rien à voir avec la politique!!) réalisé par son père, accompagné des bons petits plats de sa maman.

Le doux sentiment d'être en famille, entre amis, choses qui nous manquent de temps en temps pendant le voyage.
SAM_3595
Comme dans tout bon repas de famille, impossible d'avoir un verre vide chez les parents de Marilia.
Quand ce n'était pas son père, ou Thiago, ou son beau-frère, tout le monde a été très attentif à ce que le verre de Mika soit toujours plein… Cela faisait des années qu'il n'avait pas bu autant de bière !
Le résultat de cette belle journée… Ce concert totalement improvisé.

Des nouveaux amis, de bons souvenirs, et la promesse de leur rendre la pareille, en 2017, et en France cette fois-ci ! SAM_3594

Rio de Janeiro

Le réseau d'amitié a également fonctionné à Rio de Janeiro, "la ville merveilleuse".
Merveilleuse, c'est sur le papier, car lorsque nous y arrivons, la ville se prépare activement à recevoir les Jeux Olympiques d'été… SAM_3645
La ville s'est donc transformée en un vaste chantier de construction… 
La circulation y est plus que catastrophique, même les cariocas, les habitants de Rio, font le maximum pour éviter de prendre leur voiture.
En résumé, tout ce qui ne convient pas pour les combinautes que nous sommes… Sans pied à terre à Rio, nous ne nous serions jamais arrêté à Rio… 

SAM_3822-1C'est Patricia, une amie de 15 ans d'Alline, et Antonio son mari, qui nous donneront la chance de faire ce séjour en nous recevant chez eux, au pied du Pain de Sucre.
Grâce à eux et après avoir laissé Combito au parking de l'aéroport (moins cher, plus sécurisé et légèrement en dehors de la ville), nous nous apprêtons à passer quelques jours à Rio de Janeiro.
Patricia a beaucoup voyagé et a vécu 5 ans en France, c'est aussi une seconde maman pour Alline. Elle nous accueilli, en toute simplicité, avec son grand coeur, et dans un français parfait !

Définitivement, et pour ceux qui en doutaient encore, Mika, les grandes villes, "il n'est pas fan", pour reprendre sa propre expression.
Cependant, Rio c'est une ville à part. Entre les plages, les forêts, la montagne, l'énergie qui s'en dégage, c'est une ville qui ne laisse pas indifférent.

Nous n'avons pas eu de chance sur la météo, l'autommne et les eaux de mars étant bien arrivés… conséquence directe : pas de visites du Corcovado, ni du Pain de Sucre.
Nous avons visité le jardin botanique, le très récent Musée de Amãnha (le Musée de Demain), le centre historique et les plages…

Ce petit séjour a aussi été l'occasion pour Alline de revoir son père qu'elle n'avait pas vu depuis quelques années… et de faire la connaissance de son demi-frère… une émotion peu commune, difficilement descriptible… 
Prise de conscience de jour-là. Nous repensons à ce que Marie-Line nous avait dit sur le ferry qui nous menait en Patagonie… 

"Chacun voyage pour ses raisons, mais tout le monde cherche quelque chose…" 

Certes le voyage ne résoud rien, mais parfois il aide à comprendre… encore faut-il s'interroger de temps en temps ce qui nous mène à prendre la route un beau jour…
A l'inverse, si vous n'êtes pas partis… pourquoi ne pas le faire? Est-ce que les réponses que vous vous apportez vous satisfont?

Loins d'avoir la science infuse, nous qui pensions résoudre certaines questions, nous en avons trouvé d'autres sur notre route… Nous continuons notre route… A suivre ! 

IMG_20160318_121430


Comment perdre 1 heure, 39 kilomètres et son sang-froid…

Nous aurons quelques difficultés techniques à partir de Rio… 
Avez-vous déjà essayé de faire demi-tour sur un pont? Evidemment, non, c'est impossible ! 
Or, pour suivre notre route, il nous faut passer par le fameux pont de Niteroi.SAM_3831

D'un point de vue architectural, c'est un des ponts les plus impressionnants et connus du monde.
Ce pont à poutres de 13 km – dont 9 qui traversent la baie –  relie Rio de Janeiro à la ville de Niteroi, en franchissant la baie de Guanabara. Supportant en permanence un trafic très dense, il permet d'avoir une vision carte postale de la ville de Rio..
Ce pont nous l'avons traversé 3 fois. Une première fois pour quitter Rio et qui nous a menés à Niteroi… mais là… nous nous sommes mis sur LA mauvaise file de circulation… celle qui nous fait REVENIR à Rio avec impossibilité totale de faire demi-tour et en traversant une seconde fois le pont…
Une troisième et dernière traversée nous permettre de REVENIR  à Niteroi… et de poursuivre notre route…

C'est exactement le genre d'anecdote que nous racontons avec le sourire maintenant,
mais qui sur le moment, nous aura valu une belle explication de texte sur le rôle du pilote, du copilote, du GPS
…. et de le signalisation brésilienne… inexistante donc.

Arraial do Cabo, comme un air de vacances.

Le père d'Alline nous a gentiment proposé sa maison de vacances à Arraial do Cabo… 
Arraial do Cabo, c'est une petite ville balnéaire, à proximité de Buzios et de Cabo Frio, située sur le littoral nord de l'état de Rio de Janeiro. C'est une des régions préférées des Cariocas pour s'échapper le temps d'un week-end et plus si affinités.

Aprés avoir analysé le plan de route, nous acceptons cette proposition et décidons de prendre quelques jours de détente dans ce coin de paradis à l'eau glacée…

Nous sommes chanceux, nous bénéficions d'une météo idéale pour ces quelques jours de vacances… 
Le dernier soir, nous assistons à la remontée des filets de pêche. 

Peu à peu, les personnes présentes sur la plage interviennent pour aider ou simplement pour assister au spectacle.

Dernière ligne droite

Nous remonterons ensuite la côte brésilienne jusqu'à João Pessoa sans spécialement nous arrêter.
Le calendrier et les délais nous paraissent vraiment très courts et d'autres affaires pressantes nous appellent à João Pessoa…

Une réflexion au sujet de « Deuxième traversée du Brésil »

Laisser un commentaire